Journée d’étude du 19 Octobre 2018

 E.V-E

Ecole de Ville-Evrard

Formation à une approche psychanalytique en psychiatrie

Site Internet : http://ecoledevilleevrard.free.fr 

Défense et illustration de la psychothérapie des psychoses en institution

De 9h15 à 17h à la Chapelle de l’Hôpital de Ville-Evrard

202, Av. Jean Jaurès à Neuilly sur Marne. R.N. 34. (RER A. Neuilly Plaisance. +Bus 113)

Journée assurée par les crédits généraux de la Formation Permanente de l’Hôpital.  Pour toutes les personnes concernées, remplir une liasse « Formation Permanente » et la transmettre le plus tôt possible au Service de la Formation Permanente.

 Pour toutes les autres personnes, accès libre mais nécessité d’informer de votre venue le Service de la Formation Permanente le plus tôt possible également.

 T° 01 43 09 34 75

La psychothérapie des psychoses

Mais où est donc passée la psychothérapie des psychoses ? Toujours pratiquée en privé, elle n’attire plus guère l’attention dans les services, qui mettent en avant suivi social et médicaments, et où l’hospitalisation se veut brève. Est-elle alors cantonnée aux hôpitaux de jour ? Se cache-t-elle derrière l’ergothérapie, dans les divers ateliers, voire sous l’éducation thérapeutique ? En tout cas, de l’avis général, elle manque autant de moyens que de visibilité.

Or les présentations de malades à EVE sont clairement conçues comme des entretiens préliminaires. Elles veulent mobiliser subjectivement non seulement le patient, mais aussi tel ou telle dans l’équipe. La conversation est donc appelée à se poursuivre et, parfois, s’est poursuivie. On partira donc de cette expérience avec l’ambition de clarifier ce qui, au fond, manque peut-être et explique l’éclipse de la question psychothérapeutique avec les psychoses : qu’est-ce qu’une psychothérapie peut « limiter » chez un patient, qu’est-ce qu’elle peut lui « ouvrir », et quelles sont les « opérations cliniques » qui font, à cet égard, une différence ?

Modestie et ouverture d’esprit sont de mise, ici. On rappellera les premiers pas freudiens vers les psychoses, chez Federn, puis ce qui se pratique aujourd’hui en psychanalyse, mais en sollicitant aussi d’autres approches (systémique, phénoménologique, cognitive ?). Car les psychoses, si distinctes soient-elles, ont une force d’interpellation qui exclut tout repliement dogmatique.

 

Les intervenants

MATIN

 

Modérateurs : Pierre-Henri Castel, Jean-Jacques TYSZLER

 

 Dimitri NICOLE, Psychologue 10è Secteur,  Lydia RICARD, Aide- soignante  10è Secteur.

 

« Madame G. et l’équipe soignante, aux limites du thérapeutique. »

 

Benjamin LEVY, Psychologue, Psychanalyste.

 

« Paul Federn et la psychothérapie des psychoses : quelques enseignements d’un pionnier de la psychanalyse. »

 

Discutant : Alain BELLET, Psychologue, Psychanalyste.

 

Pause

 

Corinne TYSZLER, Pedopsychiatre, Hôpitaux de St Maurice, Psychanalyste, Nicolas DISSEZ, Psychiatre, Psychanalyste, Maison de Santé d’Epinay sur Seine, Elsa QUILIN, Psychologue, Psychanalyste MGEN.

 

« Quel type d’opération dans la psychose ? »

 

APRES MIDI

 

 Patrick CHALTIEL, Psychiatre, chef de Pôle 14è Secteur,

Pedro SERRA, Psychiatre 14è Secteur, Noemi ALVAREZ, Psychologue et Nadine DOVONOU, Infirmière, thérapeutes au 14è Secteur.

 

« La « psychothérapie de secteur » Une pratique paradoxale. »

 

Discutants : Olivier DOUVILLE, Psychologue, Psychanalyste et Hervé BENTATA, Psychiatre, Psychanalyste.

 

Pierre-Henri CASTEL, Directeur de recherches au CNRS, Psychanalyste.

 

« Le cas Fairchilde»

 

 

Renseignements : A. Bellet  06 60 67 20 35